imaginative.blogs.com > Lire, voir, entendre

Mélancolie

Mélancolie

Depuis la plus haute antiquité, l’homme pense en penchant…

Le 16 janvier 2006, s’achève à Paris l’exposition sur la mélancolie, génie et folie en Occident. Si vous ne l’avez pas vue, vous avez raté une remarquable mise en perspective des postures et des figures de la pensée à travers l’histoire. Depuis la plus haute antiquité, l’homme penche en pensant. Sa pensée est triste, sa tristesse est pensive. La mélancolie est figurée à la Renaissance de préférence par un vieillard lubrique, et par une jeune fille éthérée à l’époque du Romantisme, ou alors un très jeune homme, pâle avec des yeux sombres. D’Ajax à Otto Dix, le génie est inséparable du tragique… La création est solitaire, l’art est difficile. La hantise de ces représentations permet peut-être de comprendre un peu mieux pourquoi en entreprise, il semble tellement difficile de définir l’innovation, de valoriser la créativité en équipe, de vouloir un processus d’innovation rationnel et réfléchi… Au lieu de s’en désoler, se rendre à Berlin où l’exposition se transporte, du 6 février au 7 mai 2006, à la Neue Nationale Galerie.