Mon petit lexique

A propos de l'auteur

Iconographie du blog

  • source des illustrations :
    Bestiaire du moyen âge exposé à la BNF en 2005-2006

Design

« Être bête | Accueil | On nous raconte des histoires »

Commentaires

Caplan

Tu oublies le pauvre con en embuscade au Salon de l'Agriculture.

Dévastateur!...

Thérèse

Caplan, je parle ici de pauvreté, pas de connerie. La question est "comment parler de la pauvreté?" On en dit n'importe quoi, la preuve. Les riches ont beaucoup d'avis sur la question. Et les pauvres ? Sur la connerie, je ne me risque pas. J'ai peur d'en dire beaucoup de ... conneries. Il y a un livre pas mal sur la question "Objectif zéro sale con". Je ne sais pas si c'est ton genre de lecture, car c'est un ouvrage de management écrit par un prof d'économie de Stanford (Robert Sutton). Il s'intéresse beaucoup à la question des salopards qui pourrissent la vie des autres dans leur entreprise, et que l'organisation tolère au nom de mille raisons farfelues et en dépit des dégâts réels que ces grossiers personnages font subir aux autres... Dans une prochaine note, j'essaie de faire le point.

Caplan

Thérèse: "Caplan, je parle ici de pauvreté, pas de connerie."

J'avais bien compris! C'était juste une digression du fond de la classe...

Quant au bouquin"Objectif zéro sale con", j'en ai déjà entendu parler à plusieurs reprises. Le titre me plaît énormément. Ça me donne bien envie de le lire, même si je ne suis pas dans le management...

Thérèse

Ah, la, la, ton amitié pour Nicolas te perdra !

Jacques

Coup de blues ? Je reconnais qu'il y a de quoi. D'autre part on constate qu'une façon très à la mode d'être riche rend tout aussi malade et ignorant. Mais ça ne console guère, et les riches ont les moyens de se guérir plus facilement de la maladie, à défaut de l'ignorance. C'est que souvent, pour guérir la maladie, il suffit de pouvoir payer. Allez... fais-nous un sourire.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.